Skip Global Navigation to Main Content
Skip Breadcrumb Navigation
Blog

Après la Foire internationale d'Alger ? – 7 juin 2015

Publié par Christopher Wilken, Responsable, par intérim, de la Section commerciale

L'ambassade des Etats Unis était fière de participer à la 48éme édition de la Foire internationale d'Alger qui a pris fin la semaine dernière. L’Ambassadeur Polaschik a présidé la cérémonie de clôture du pavillon américain où elle a remercié chacune des 35 sociétés américaines qui ont fait montre de leur engagement envers l'Algérie en marquant leur présence à la FIA.  Le large éventail de la participation américaine est la preuve du potentiel pour un intérêt croissant des entreprises américaines à venir investir et faire du commerce en l'Algérie comme en témoignent les six protocoles d'entente (PE) signés par les entreprises américaines agricoles avec le ministère de l'Agriculture et des entreprises privées algériennes pendant la foire. 

L’augmentation d’investissements étrangers directs (IDE) des entreprises américaines en Algérie et l'accroissement des échanges avec les entreprises américaines apportera des  bénéfices immédiats et à long terme pour nos deux économies.  À court terme, l'augmentation des IDE en Algérie permettra de compenser l'impact sur la balance des paiements de l'augmentation du déficit commercial résultant de la chute des prix du pétrole.  De façon plus globale, les IDE sont accompagnés de transfert de d technologie, de développement du capital humain par la formation, notamment pour ce qui est des compétences managériales,  ainsi que l’amélioration de la compétitivité internationale des industries bénéficiaires.  Avec un secteur du pétrole et du gaz qui représente 97,3% des exportations algériennes en 2014,  les IDE  peuvent jouer un rôle majeur dans la diversification de l’économie en Algérie.  A titre d’exemple, les Etats Unis ont enregistré une nette augmentation de l’employabilité dans l’industrie automobile grâce à des investissements en provenance du Japon, notre deuxième source des IDE.

Des mesures concrètes pour améliorer le climat des affaires sont les moyens les plus efficaces pour augmenter l’intérêt commercial des entreprises américaines en Algérie, l’investissement, et les échanges commerciaux avec l'Algérie.  L'Algérie peut tirer avantage de son énorme capital humain, de ses ressources naturelles incommensurables et de sa situation stratégique.  Pourtant elle occupe la 147éme place sur189 pays en ce qui trait à la facilité de faire des affaires dans le rapport « Doing Business » de la Banque mondiale.  Avec ce potentiel inexploité, des politiques qui améliorent l'environnement commercial et  la facilité de faire des affaires, déclencheront de vastes opportunités pour le commerce et l'investissement.

Les restrictions de placement, les interdictions d'importation, et les décisions réglementaires mises en place sans préavis dissuadent les entreprises américaines de venir investir en Algérie.  Les interdictions d'importation envoient un message puissamment négatif à la communauté internationale des affaires concernant l'ouverture de l'Algérie au commerce international.  En outre, les dernières restrictions sur l'importation des véhicules,  de certains produits alimentaires et pharmaceutiques ont été mises en place de façon soudaine, sans aucune période progressive de mise en œuvre,  portant ainsi atteinte à la prévisibilité du climat des affaires dont les investisseurs ont besoin pour prendre des décisions à long terme.  Ces mesures portent aussi préjudice au consommateur algérien en réduisant la disponibilité des biens nécessaires sur le marché local, tels que les médicaments,  ce qui entraîne une hausse des prix et réduit le pouvoir d'achat des salaires par l'inflation.  Par ailleurs, la règle 51/49 sur l’investissement est un obstacle majeur à l'investissement étranger en Algérie.  Les politiques qui attirent les investissements améliorent la balance des paiements, réduisent  la dépendance aux  exportations des hydrocarbures et le besoin d’imposer des restrictions sur les importations pour réduire la facture des importations.

L’Algérie peut mieux faire pour ouvrir la voie aux entreprises voulant travailler ici en supprimant les barrières commerciales et d'investissement, et le gouvernement américain soutient les efforts de consentis pour diversifier l’économie algérienne.  À l'ambassade des Etats Unis, nous continuons à travailler pour renforcer les relations d’affaires entre les deux pays et à promouvoir l’Algérie auprès des entreprises américaines.  Au cours des six derniers mois, l'ambassade des Etats Unis a organisé deux grandes  missions commerciales de sociétés américaines venues en Algérie pour accroître l'activité des entreprises américaines dans le pays.  En outre, le 2 juin, l'US Geological Survey (USGS) et l'Agence du Service Géologique de l'Algérie (ASGA) ont signé une lettre d'intention pour  travailler dans les domaines de la géologie, la géophysique, la géochimie, l'hydrologie, la télédétection et des systèmes d'information géographique, qui aideront à renforcer la capacité de  l'USGS et de l’ASGA et approfondir les relations bilatérales. Ces programmes et accords encouragent le commerce et l'investissement entre nos deux pays et renforcent davantage notre partenariat essentiel.